Raconté par
Rachid Benzine  
© Marcel Hartmann / Getty Images

Né au Maroc, Rachid Benzine arrive à Trappes à l’âge de 7 ans où il devient champion de France de kickboxing. Après des études d'histoire et de philosophie, il se fait connaître du grand public avec le père Christian Delorme grâce à leur livre Nous avons tant de choses à nous dire. En qualité d’enseignant-chercheur, il publie de nombreux ouvrages comme la collection Islam des lumières ou Le coran expliqué aux jeunes ou encore La République, l'Église et l'Islam : une révolution française. En 2016, il publie Nour, pourquoi n'ai-je rien vu venir ? et adapte ce roman en pièce de théâtre intitulé Dans les yeux du ciel.

Jamel Debbouze

Né en 1975 

Maroc 

Jamel Debbouze est né à Paris le 18 juin 1975 et il est issu d’une famille marocaine. Il grandit à Trappes où il est gravement accidenté, perdant l’usage de son bras droit. Remarqué par Alain Degois, il fait ses débuts au théâtre en 1991 à l’occasion du championnat de France junior de la Ligue d’improvisation française. Puis, il fait ses premières apparitions à la télévision sur la chaîne marocaine 2M. Quatre ans plus tard, il est repéré par les dirigeants de Radio Nova, qui lui accordent une chronique intitulée Le Cinéma de Jamel. Il réalise sa première scène avec son spectacle C’est tout neuf. Puis, c’est le temps des premières télévisions, en 1996, sur Paris Première. 

 

Deux ans plus tard, il propose sur Canal+ sa chronique Cinéma de Jamel et participe à la série H avec Éric et Ramzy. En parallèle, il participe à plusieurs films comme Zonzon de Laurent Bouhnik (1998) ou Le Ciel, les Oiseaux et… ta mère ! de Djamel Bensalah (1999). Les portes du cinéma s’ouvrent alors à lui avec deux gros succès Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulin de Jean-Pierre Jeunet (2001) et Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre d’Alain Chabat (2002). Il enchaîne aussi les spectacles avec Jamel en scène (1999), Jamel Show (2000) ou encore Jamel 100 % Debbouze (2004). En 2005, il tient le premier rôle dans Angel-A de Luc Besson. Cette même année, il co-produit au côté de Rachid Bouchareb Indigènes qui sort en 2006. Ce film engagé raconte le parcours des tirailleurs algériens venus se battre durant la Seconde Guerre mondiale. À l’occasion de ce film, il reçoit, avec Samy Naceri, Roschdy Zem, Sami Bouajila et Bernard Blancan, le prix d’interprétation masculine lors du 59e édition du festival de Cannes. Pendant ces années, il n’oublie pas sa première passion, l’humour. Il inaugure en 2008 le Comedy Club où il donne leur chance aux jeunes talents. Il profite de cette période pour remonter sur scène avec ses shows et présente Le Jamel Comedy Club Show en 2009 et Made in Jamel en 2010. 

 

Cette même année, il retrouve Rachid Bouchareb dans Hors-la-loi et, un an plus tard, il tient l’un des rôles principaux dans le film d’Alain Chabat, Sur la piste du Marsupilami. L’année 2011 marque son retour au show comique et, en janvier 2011, il présente son spectacle Jamel improvise puis, en février, il joue Tout sur Jamel au Casino de Paris. Il reprend le cinéma en 2013 avec La Marche de Nabil Ben Yadir et, deux ans plus tard, il réalise son premier film d’animation pour enfants Pourquoi j’ai mangé mon père. Pour 2017, il prépare un nouveau spectacle Maintenant ou Jamel. 

 

© 2017 © Achac - Bonne Pioche | Design : www.graphipro.com