Filmographie

Averty Jean-Christophe, Bouteiller Pierre, Une histoire du jazz français, France 3 / Canal Plus / PB Productions, 1993.

Émission de télévision en trois parties, consacrée à l'histoire et l'évolution du jazz en France de 1917 à nos jours. Documents, témoignages de journalistes et de jazzmen, extraits de disques et archives filmées de musiciens composent cet historique. Dans ce coffret, sont évoqués les premiers orchestres de jazz, l'arrivée du be-bop, les grands clubs parisiens, le free-jazz et la vitalité des formations actuelles.

 

Bergeon Édouard, L'entrée des trappistes, 416 Prod, 2011.

Jamel Debbouze, Nicolas Anelka et Omar Sy, ont grandi à Trappes, dans les Yvelines. Ils ouvrent leurs portes aux caméras et sont suivis en coulisses, chez eux, en famille. Pour la première fois depuis des années, ils reviennent ensemble dans la cité de leur jeunesse. Un retour sur leur passé permet de comprendre les clefs de leurs parcours et de leur popularité.

 

Blanchard Pascal, Gélas Juan, Noirs de France. De 1889 à nos jours : une histoire de France, La Compagnie des Phares et Balises, 2012.

Noirs de France est une série de trois documentaires qui suivent un parcours à travers le temps depuis la fin du XIXe siècle : Le temps des pionniers (1889-1939 / volet 1) ; Le temps des migrations (1940-1974 / volet 2) ; Le temps des passions (1975-2011 / volet 3). Ces films documentaires entrecroisent également les interviews d’une quarantaine de témoins-références et d’artistes : tous ont un point commun, ils sont partie prenante de cette histoire.

 

Bonnevie Mathieu, Un jour... avec Cheick Tidiane Seck, Djeli Moussa Coundé, Moh Kouaté, Zaradoc Films, 2014.

Un voyage dans le quotidien des musiciens africains les plus talentueux de Paris. Sans fard, sans mise en scène, cette série de trois documentaires dévoile une intimité brute et artistique avec Cheick Tidiane Seck, Djeli Moussa Condé et Moh Kouyaté. Par le prisme de leurs univers, se dévoile un Paris cosmopolite où se croisent les sources d'une tradition ancestrale.

 

Dahan Olivier, La Môme, Légende Films, 2007.

De son enfance à la gloire, de ses victoires à ses blessures, de Belleville à New York, l'exceptionnel parcours d'Édith Piaf. À travers un destin plus incroyable qu'un roman, vous découvrirez l'âme d'une artiste et le cœur d'une femme. Intime, intense, fragile et indestructible, dévouée à son art jusqu'au sacrifice, la plus immortelle des chanteuses...

 

Caunes (de) Antoine, Coluche, l'histoire d'un mec, Cipango Productions audiovisuelles, 2008.

Septembre 1980. Coluche triomphe tous les soirs au Gymnase. « Comique préféré des Français », il est au sommet de sa gloire ; télés, radios et journaux se l'arrachent, et sa maison est l'endroit où se croise tout ce que le pays compte de vedettes... Toujours prêt à pousser le bouchon un peu plus loin, il annonce, pour rire, sa candidature à la présidence de la République. Très vite, la France se bidonne, l'acclame, le soutient. Les sondages s'affolent, sa cote monte en flèche.

Delacour Éric, Louis de Funès ou le Pouvoir de faire rire, Morgane Production / Arte France, 2004.

Un film drôle sur un métier profondément sérieux. Cet immense acteur comique va réunir soixante-dix millions de spectateurs en seulement dix films, record absolu de l'histoire du cinéma français. Entre archives inédites et extraits de films, interviews de ses proches mais aussi de spécialistes du rire, Louis De Funès ou le Pouvoir de faire rire va donc ouvrir la boîte à malices de ce magicien du rire afin de mieux comprendre et apprécier son apport à la comédie.

 

Dreyfus Dominique, Enrico Macias, le chant de la mémoire, Zaradoc Films, 2005.

Au fil de concerts filmés en France, en Égypte, d’entretiens et d’images d’archives, Enrico Macias, le chant de la mémoire s’attache à décrypter l’homme et ses engagements à travers sa musique. Celle, arabo-andalouse, de l’enfance à Constantinople, quand juifs, musul­mans et chrétiens vivaient en bonne entente. Celle qu’il invente quand, obligé de quitter l’Algérie en guerre, il se heurte à l’incompréhension du public métro­politain.

 

Emilio-Siri Florent, Cloclo, LGM Cinéma, 2012.

Cloclo, c’est le destin tragique d’une icône de la chanson française qui, plus de trente ans après sa disparition continue de fasciner. Star adulée et homme d’affaires, bête de scène et pro du marketing avant l’heure, machine à tubes et patron de presse, mais aussi père de famille et homme à femmes…

Forneri Pascal, Série « Salut les copains », Électron Libre, 2011.

Cette série de documentaires raconte en musique et en reconstitution, la fabuleuse aventure du mythique Salut les copains, l'émission de radio de Daniel Filipacchi, puis le magazine du même nom. Au travers de très nombreuses archives, souvent inédites, et de saynètes qui reconstituent les moments forts de cette épopée marquante de la culture pop française, une saga qui va de 1959 à 1976.

Ibach Hubert, Salvador, une vie d'artiste, France 3, 2015.

Dans ce documentaire, le chanteur, qui débuta sa carrière dans les années 1930 et effectua un come-back réussi au tournant du XXIe siècle, raconte lui-même les moments forts de son parcours grâce à de nombreux extraits de ses émissions, Salves d'or et Dimanche Salvador, ou des shows des Carpentier. Une carrière exceptionnelle qui s’inscrit au cœur de la culture française.

 

Kohly Philippe, Dalida, le grand voyage, Orlando Productions, 1997.

Évocation du parcours de Dalida et d'une époque qui retrace l'histoire du disque, du music-hall mais aussi celle de la radio et de la télévision. Un voyage dans une carrière exceptionnelle qui fait référence à ses origines et à son enfance.

 

Kowalsky Olivier, Life after Django Reinhardt, Cinema Libre, 2011.

Plus de cent ans après la naissance d'un des plus grands artistes de jazz au monde, ce documentaire explore l'héritage de Django Reinhardt à travers les portraits de cent guitaristes dans le monde, dont son fils David. Une saga incroyable avec des archives exceptionnelles.

Laufer Erez, Mike Brant : laisse-moi t'aimer, Cinétévé / INA Entreprise, 2003.

Une autre vision de la star de la chanson de variétés des années 70. Celle de l'homme Moshé Brand (son vrai nom), de ses racines israéliennes, de son enfance insouciante, de son caractère, de son destin et de son suicide. Un regard différent sur celui qui est devenu en quelques temps une star au cœur de la culture française.

 

Lévy-Kuntz François, Salvador Dalí : Génie tragi-comique, Centre Pompidou, 2012.

Dans ce portrait en partie tourné à Port Lligat et riche de nombreuses archives, le réalisateur confronte les grandes thématiques du peintre avec des interviews et des happenings souvent inédits. De Freud au surréalisme, de la sexualité à l'argent ou du mysticisme à la science, une biographie exceptionnelle qui révèle le « mythe Dalí », un quart de siècle après sa disparition.

 

Merabet Rachid, Slimane Azem : une légende de l'exil, Les Films de la Castagne, 2007.

Le portrait de Slimane Azem, fameux représentant de la chanson algérienne, envisagé comme une plongée dans l’univers poétique d’une culture plurimillénaire, celle des Berbères. Au travers de l’œuvre de cet artiste adulé par les siens, éclairage sur cette communauté kabyle qui constitue un des fondements de l’identité nationale algérienne.

 

Nancy Hugues, Picasso, l'inventaire d'une vie, Arte France, 2014.

L'histoire fantastique et mystérieuse de l'un des plus grands peintres espagnols : Pablo Picasso. L'artiste a laissé derrière lui de nombreuses œuvres d'art jamais présentées de son vivant et récemment découvertes par les chercheurs...

Jaunin Antoine, Quirot Romain, Recordier François, Un jour peut-être, une autre histoire du rap français, Cotone Productions, 2014.

Début 2000, le visage du rap français change et s’ouvre à de nouveaux horizons. Regard sur la naissance, l’évolution et l’héritage d’un rap original, qui a marqué les esprits par son audace et la nouveauté des sonorités et des thèmes abordés.

Reichenbag François, Johnny Hallyday : j'ai tout donné, Polygram Vidéo, 1993.

Film consacré à Johnny Hallyday, tourné en 1971 par le réalisateur qui a suivi partout Johnny Hallyday, aux États-Unis et notamment à Los Angeles, en tournée à travers toute la France et pour son show au Palais des Sports... C'est un vrai film rock'n'roll qui montre ce qu'était la vie sur les routes de la star durant ces folles années...

 

Rotman Patrick, Ivo Livi, dit « Yves Montand », France 2, 2011.

La vie de l'artiste est faite de beaucoup de vies qui s'entremêlent : l'ascension d'Ivo Livi, un petit immigré italien qui devient une star internationale, l'extraordinaire carrière au music-hall, les dizaines de rôles sur le grand écran, la rencontre avec des femmes qui sont elles-mêmes des mythes : Édith Piaf, Simone Signoret ou Marilyn Monroe, l'engagement, enfin, dans les combats politiques du XXe siècle.

 

Rozen Jérémy, J'ai deux amours (1917-1931), France Télévisions, 2016.

Dans le sillage des soldats noirs américains libérateurs de la Première Guerre mondiale, des artistes afro-américains s’installent en France pour profiter de libertés dont ils ne peuvent jouir dans leur propre pays. Ce film raconte l’histoire de cette étreinte légendaire entre artistes noirs américains et la France des Années folles, et réhabilite une mémoire culturelle française oubliée. Une histoire entre deux rives, entre deux guerres, entre deux cultures, entre deux amours...

 

Sfar Joann, Gainsbourg, vie héroïque, One World Films, 2010.

La vie de Gainsbourg, du jeune Lucien Ginsburg dans le Paris occupé des années 1940, jusqu'au poète, compositeur et chanteur célébré dans le monde entier. Le film explore son itinéraire artistique, du jeune homme épris de peinture à la consécration de sa musique dont l’avant-gardisme lui a conféré un statut insolite dans la culture musicale française. Le film éclaire aussi sur la complexité de sa vie adulte à travers ses amours tumultueuses.

Soulé Béatrice, Manu Dibango, silences, La Sept, 1991.

Le célèbre saxophoniste Manu Dibango revient dans son Cameroun natal et nous raconte son histoire, l’histoire d’un Africain entre deux rives. La caméra restitue avec bonheur les souvenirs d’enfance de Manu, la douceur du village, et la présence bienveillante de la tribu autour des premières années, avant le départ en Hexagone.

 

Krief Jean-Pierre, Succab-Goldman Christiane, Ernest Léardée ou le Roman de la biguine, KS Visions, 1986.

Itinéraire d'une figure historique de la musique antillaise, Ernest Léardée, créateur, en 1930, du premier Bal Nègre de Paris. Une mine d'histoires et de documents inédits sur le Paris noir de l'entre-deux-guerres.

 

Fayard Claude, Tournier Michel, Man Ray, photographe, INA, 1961.

Filmé dans les rues de Paris puis dans son atelier, le peintre et photographe américain parle de son travail, des rapports entre photographie et peinture et des techniques photographiques qu'il a employées. En dernier lieu, il commente plusieurs des clichés d'artistes qu'il a connus.

Wyn Michel, La valise en carton, Warner Home Vidéo, 2007.

C'est l'histoire d'une petite fille pauvre de Beringel, au sud du Portugal. La rudesse de sa mère, les coups de son père et un orphelinat à la discipline de fer remplissent ses jeunes années. À 13 ans, elle travaille déjà à l'usine. Jeune mère d'un fils né d'un premier amour, elle découvre Paris lors d'un voyage. Depuis, elle n'a qu'une idée en tête : revenir à Paris pour changer de vie. Son nom, Linda de Suza…

Zem Roschdy, Chocolat, Mandarin Cinéma, 2016

Du cirque au théâtre, de l'anonymat à la gloire, l'incroyable destin du clown Chocolat, premier artiste noir de la scène française. Le duo inédit qu'il forme avec Footit, va rencontrer un immense succès populaire dans le Paris de la Belle Époque avant que la célébrité, l'argent facile, le jeu et les discriminations n'usent leur amitié et la carrière de Chocolat. Le film retrace l'histoire de cet artiste hors du commun. 

© 2017 © Achac - Bonne Pioche | Design : www.graphipro.com

Filmographie-20.jpg