Raconté par
Firmine Richard  
© BNF

Née en 1947 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, on la découvre notamment aux côtés de Daniel Auteuil dans Romuald et Juliette de Coline Serreau en 1988. Firmine Richard s’offre à nouveau un rôle phare dans Huit femmes de François Ozon en 2001 qui rencontre un vrai succès public et critique. Elle joue aussi aux côtés de Lucien Jean-Baptiste dans La première étoile (2008). Elle joue dans de nombreux films comme dans Retour au pays de Dalle Julien (2010),  Les Tribulations d'une caissière de Pierre Rambaldi (2011), Rosenn d'Yvan Le Moine (2014) et de nouveau sous la direction de Lucien Jean-Baptiste dans Dieumerci ! (2015).

Chocolat

1865-1917

Cuba

Raphaël de Lejos pour les journalistes, Raphaël Padilla pour ses amis qui le firent inhumer sous ce nom, mais pour le public, dont il fut l’enfant chéri, il était le clown Chocolat. Il est né à Cuba, de parents esclaves. Vendu par une vieille Cubaine, il se retrouve comme garçon de femme à Bilbao en Espagne à 16 ans. Repéré par le clown Tony Grice, qui l’avait engagé comme nouvel acrobate-cascadeur de son spectacle équestre, il débute avec lui sur la piste du Nouveau Cirque, tout fraîchement débarqué à Paris, sous le nom d’« El Rubio ». C’est alors la mode des Négros burlesques venus d’Amérique. Dans ce contexte d’exotisme, le jeune artiste cubain à la bouille chocolat enflamme le Nouveau Cirque en 1888 avec une pantomime nautique endiablée, La noce de Chocolat. Il apparaît au bras d’une jeune mariée blanche et doit courir et sauter dans tous les sens pour la retrouver. Ce spectacle, qui n’est pas sans provocation pour l’époque, sera repris presque tous les ans jusqu’en 1907. 

 

En 1892, on comptait déjà deux cents représentations de cette pantomime ! Chocolat se retrouve alors dans la plupart des grands spectacles du Nouveau Cirque jusqu’en 1909 : America, La Grenouillère, L’Île aux singes, Les Vingt-huit jours de Chocolat, Chocolat Aviateur... Il devient une vedette nationale. Après avoir créé un premier duo d’un tout nouveau genre avec le clown blanc Kesten, il invente, en 1894, avec le clown anglais Foottit, un tandem noir et blanc célèbre qui marquera l’histoire du cirque. Le monde publicitaire en fixera l’image dans les mémoires à travers les campagnes Félix Potin pour les tablettes de chocolat et même pour les pneus Michelin. Toulouse-Lautrec l’immortalisera en « roi de la danse ». 

 

Foottit et Chocolat vont devenir des légendes du music-hall et du cinéma comme en témoignent les films des frères Lumière et d’Émile Reynaud. En 1911, Firmin Gémier confie à Chocolat un rôle au théâtre dans une pochade politique, mais l’expérience est un échec. La critique se moque de sa diction « petit-nègre ». C’est en 1917, alors que son fils est au front, que Chocolat est retrouvé mort dans un petit hôtel de Bordeaux. Il y était en tournée pour le cirque Rancy avec les clowns Bob O’Connor et George Foottit. Après sa mort, son fils perpétua le personnage qu’il avait créé en formants de nouveaux duos, notamment Chocolat et Porto au cirque Médrano.

 

 

© 2017 © Achac - Bonne Pioche | Design : www.graphipro.com